Par Laurent Routier


Et voilà, encore du rap tout pourri et c’est pour qui ? Pour bibi ! Font chier. Moi qui aime tant le rap. Enfin, le bon rap. Pas cette merde de Zeler (pardon, je commence fort). Que dire du gars ? Déjà, qu’il a autant d’inspiration pour écrire des chansons que nos politiciens pour trouver des solutions à nos problèmes ! Autant dire qu’il n’y a pas plus d’idées dans le cerveau de Zeler et ses potes que de couilles dans l’hémicycle (et vice versa). En fait, Zeler ne serait-il pas LE candidat inattendu (tu m’étonnes !) pour les présidentielles de 2012 ? Ah ! Elle est bonne la question, non ? De toute façon, il faut tout de suite qu’il cherche (et qu’il trouve, on lui souhaite) une reconversion le gamin. Parce que sa musique, elle va pas le faire bouffer longtemps. Zeler, c’est du cliché à haute dose, des formules toutes faites, du déjà-vu. Quelque part, c’est triste. Si, si. Même Christophe Willem, artistiquement, c’est mieux. Et c’est dire !